Un regroupement de motocyclistes pas comme les autres

Le 24 aout dernier, plus de 150 personnes se sont présentées à Maple Grove afin de contribuer à la levée de fond de l’organisme Voodoo Child dans le cadre d’un souper spaghetti.
 
 
L’organisme, fondé en 2017, a comme unique mission, le bien-être des enfants et aucun effort est épargné pour leur venir en aide. Des activités organisées tout au long de l’année permettent aux Voodoo Child de multiplier leurs implications auprès de leur jeune clientèle. En effet, l’organisation distribue des cartes-cadeaux auprès des enfants ayant des besoins financiers particuliers. Les membres viennent également en aide à des enfants qui se retrouvent en situation d’urgence, par exemple, à la suite d’un incendie. Ils organisent également des collectes de jouets pour des paniers de Noël. L’organiste est également impliquée auprès de certaines écoles de la région ainsi que des maisons de jeunes sollicitant leur aide. De plus, les Voodoo Child n’hésitent jamais à s’impliquer comme bénévoles dans le cadre d’activités s’adressant à des jeunes.
 
UNE ORGANISATION STRICTE ET RIGOUREUSE.
Benoit Priest, comédien cascadeur et fondateur de l’organisme explique que ne devient pas membre des Voodo Child qui le veut. En effet, pour devenir membres de l’organisme à but non lucratif, les participants doivent se soumettre à une enquête visant à établir qu’ils ont un dossier criminel vierge. « C’est essentiel, nous oeuvrons auprès d’enfants, nous devons donc nous assurer que ceux qui les approchent le font pour les mêmes raisons que nous, c’est-à-dire qu’ils ont sincèrement leur bien-être à cœur. Ils doivent faire leurs preuves avant, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Je m’assure que chaque membre qui s’implique dans l’organisme est un exempt de tous risques. Je me porte garant d’eux et pour moi rien n’est plus important que la sécurité des enfants », précise le fondateur.
 
D’ailleurs, tous sont unanimes; l’homme derrière les Voodoo Child, se dévoue cœur et âme pour les enfants de la région. « S’il le pouvait, Benoit ne ferait que ça. Il pense à l’organisme du matin au soir. Pour lui, ce n’est jamais assez, nous pourrions toujours en faire plus. Il consacrerait chaque minute de sa vie aux enfants », souligne un membre de l’organisme.
 
« Chacun des membres s’implique dans l’optique de faire vivre des évènements mémorables aux jeunes. Nous voulons être une image positive pour eux. Nous sommes des passionnés qui conjuguent notre amour pour la moto et notre désir sincère de venir en aide aux jeunes. Nous ne sommes pas affiliés avec aucune autre association, nous faisons notre petite affaire en nous concentrant sur le bien que nous pouvons faire en nous impliquant positivement dans la région du Suroît. Notre organisme est pacifique, nous partageons le même objectif, soit celui de mettre des étoiles dans les yeux des enfants », conclut Benoit Priest en insistant également pour remercier tous les bénévoles, commanditaires et participants sans qui leur organisme ne pourrait exister.
 
**Publié avec l’autorisation de Benoit Priest
    de l’Organisme Voodoo Child

ride the highlands, The road cut

Motorcycles and charities go hand-in-hand, like epic curves and sidewall sizzle. In the summer, there isn’t a weekend that you can’t find some kind of motorcycle event or poker run taking place to raise money for a foundation or someone in need. This is why riders are such an awesome bunch. What’s better than going for a ride? Going for a ride supporting a cause. Ontario’s

Les motos et les œuvres de bienfaisance vont main dans la main, comme les virages serrés et le chauffage des flancs de roue. L’été, chaque fin de semaine présente un événement moto quelconque ou une randonnée de poker où l’on cherche à recueillir des fonds pour une fondation ou une personne dans le besoin. C’est la raison pour laquelle les motards sont un groupe de monde

https://ridethehighlands.ca/TheRoadCut/

Motorcycles heading towards Lake Superior

 

L’ÉPOPÉE DE LA MOTO

Une passion, une collection, un musée!
 
L’ÉPOPÉE DE LA MOTO est le premier musée québécois dédié à la moto ancienne. Situé en bordure du fleuve Saint-Laurent à Saint-Jean-Port-Joli, un des plus beaux villages du Québec, il est la destination de randonnée estivale par excellence pour tout les amoureux de la moto au Québec.
Propriété de François et Jean Gagnon, il est le fruit d’une passion de longue date puisque les deux frères collectionnent les motos depuis plus de 30 ans avec l’objectif constant de regrouper les modèles qui ont marqué chaque époque. Ils ont ainsi constitué une collection exceptionnelle de 220 motos, cyclomoteurs et scooters, dont une centaine sont actuellement exposés.
 
Le 3 novembre 2012, le Temple de la renommée de la moto du Canada remettait à François et Jean Gagnon le prestigieux prix ¨Bar & Hedy Hodgson¨, en reconnaissance de leur contribution significative à la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine motocycliste canadien.
Avec un peu de chance, vous retrouverez la moto que vous rêviez d’avoir ou que vous aviez à 18 ans… celle que vous n’avez jamais oubliée!
 
309 Gaspé ouest
Saint-Jean-Port-Joli, Quebec
 (418) 598-1333
 
Image may contain: motorcycle and text

«Son histoire m’a marqué»

TROIS-RIVIÈRES —  Une jeune motocycliste, qui a perdu l’usage de ses jambes après un accident de motoneige, pourra à nouveau rouler sur sa Harley grâce à Johnny Bélanger. Ce bon Samaritain de Bécancour Harley-Davidson a été profondément touché par l’histoire de Camille René et, depuis, il met tout en œuvre pour que son rêve de sillonner les routes à moto se réalise. Environ 500 motocyclistes rouleront, samedi, de Saint-Louis-de-Blandford à Bécancour pour l’événement Dégénération 2019 dont les profits seront versés à la jeune femme.

«C’est une cliente qu’on a ici, je suis un père de famille et son histoire m’a marqué. Je me suis dit que je devais faire quelque chose pour l’aider à réaliser son rêve de remonter sur sa moto. Cette moto-là, on va la modifier pour qu’elle puisse remonter en selle», lance d’entrée de jeu, M. Bélanger.

«Cette petite fille-là a une résilience extraordinaire. C’est ce qui m’a marqué. Elle a une joie de vivre exceptionnelle. Ne plus avoir l’usage de ses jambes ne l’arrête pas, c’est le contraire même. Elle est très déterminée et c’est une chouette personne», insiste-t-il.

Johnny Bélanger s’est donné comme mission d’adapter gracieusement la moto de Camille René à sa condition physique. Depuis quelques semaines déjà, le représentant aux ventes de Bécancour Harley-Davidson fait des pieds et des mains pour rendre le tout possible.

«Quand je lui ai expliqué ma démarche, elle était très émue. Dans la vie, je n’avais pas encore eu la chance de donner au suivant. Là, c’était ma chance et je l’ai saisie. Je suis vraiment emballé de ça, et je suis très fébrile pour l’événement de samedi», souligne M. Bélanger.

Dans ses démarches, Johnny Bélanger a d’abord contacté quelqu’un de Trans-moto qui a accepté d’embarquer dans l’aventure. Il fournira l’équipement à la moitié du prix.

«C’était déjà un excellent début […] Ensuite j’ai contacté Alain Tourigny qui organise un genre de rallye moto depuis quelques années. Il remet toujours les profits à une cause directement, pas quelque chose qui se perd dans la bureaucratie. Il s’est greffé à nous autres. On a vendu 500 billets. L’événement va avoir lieu samedi. Il va y avoir un chapiteau, un méchoui, un orchestre, un chansonnier, un encan humoristique avec Les Bikers Loup… Ça va être un gros party pour amasser des fonds pour Camille», souligne-t-il.

Toute l’équipe de Bécancour Harley-Davidson a également décidé de s’unir et de mettre la main à la pâte pour la cause. Johnny Bélanger assure d’ailleurs que l’objectif financier est presque déjà atteint.

«S’il en manque, il n’en manquera plus beaucoup. On va être bon pour monter sa moto et elle devrait être prête d’ici deux à trois semaines», dit-il fièrement.

Un autre événement devrait avoir lieu également pour le dévoilement de la moto. D’ici là, c’est aux alentours de 500 motocyclistes qui se rassembleront pour la cause lors de l’événement Dégénération 2019.

Pour une réforme de la loi concernant les Motocyclistes du Québec

 
 

Pour une réforme de la loi concernant les motocyclistes.

ATTENDU QUE, à la création de la Régie de l’assurance automobile du Québec, la ministre responsable défendait la contribution à part égale pour tous les usagers de la route;

ATTENDU QUE le système instauré à l’époque était un système « avec un fond d’indemnisation commun pour l’ensemble des usagés » ou le plus grand nombre supportait les coûts engendrés par les réclamations;

ATTENDU QUE l’adoption de la loi n°55 ; loi modifiant la Loi sur la Société de l’assurance automobile du Québec et d’autres dispositions législatives fut passée sous bâillon le 14 décembre 2004 en créant la Société de l’assurance automobile du Québec modifiant ainsi la loi en vigueur pour permettre la catégorisation selon le type de motocyclettes.

ATTENDU QUE la pratique de catégorisation va à l’encontre de l’équité envers les Motocyclistes  et qu’elle est discriminatoire par rapport aux autres types de véhicules;

ATTENDU QUE depuis l’adoption de la loi 55, il existe une iniquité pour tous les usagés de la route étant donné que les trop perçus sont investis dans la caisse de dépôt du Québec sans possibilité d’un retour de ces argents pour indemniser les accidentés en cas de déficit.

Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec d’analyser l’impact monétaire pour tous les usagers de la route et un retour à la vraie raison d’être de la loi soit celle de protéger tous les gens à part égale sans discrimination, donc l’élimination de la catégorisation des motocyclettes et la réintégration de ceux-ci dans la loi du grand nombre.

change.org. Vous pouvez signer la pétition ..

copy/paste l’adresse si-dessous…

https://www.change.org/p/m-le-ministre-fran%C3%A7ois-bonnardel-pour-une-r%C3%A9forme-de-la-loi-concernant-les-motocyclistes-du-qu%C3%A9bec?recruiter=false&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=share_petition&recruited_by_id=01e281b0-7827-11e9-8fdb-71b97ed95197&share_bandit_exp=initial-14081759-fr-FR&share_bandit_var=v0&pt=AVBldGl0aW9uAN%2Fe1gAAAAAAXDlbNtjkkJdiYTllYjU3Zg%3D%3D&utm_content=fht-14081759-fr-fr%3Av6

 

 

Gloria Tramontin Struck , 93 years old from North Carolina still riding !!

“I’ll be 94 in July, still riding,” she said.

Struck is from New Jersey, but recently visited the Triad to speak to women motorcyclists in the Piedmont.The motorcyclist first learned how to ride back in 1941 after some persuading from her brother. From there, she would develop her own love of riding.

During the early years, being a woman riding a motorcycle did come with some backlash. Struck says that she was even refused a place to stay at times, but that didn’t stop her. Their opinion didn’t bother me,” she said.

Struck developed lasting friendships with women who also enjoy riding through the women’s motorcycle group – Motor Maids, Inc. Struck has been a Motor Maids, Inc. member for 73 years. Now in her 90s, she’s also an author.

She talks about her adventures on the road and even her life outside of riding in her new book, “Gloria – A Lifetime Motorcyclist: 75 Years on Two Wheels and Still Riding.”

“I never realized the life I led until I sat down to write about it, and I thought ‘Oh, my goodness, quite a life,’ so I’m very happy I did it,” she said.

Struck’s advice to people is to live their dream.

“I’m still trying to live mine, you know. There’s no such thing as having age stopping you from doing things. You want to do something and you’re able to, do it,” she said.

Struck was inducted into the Sturgis Hall of Fame in 2011 and into the AMA Motorcycle Hall of Fame in 2016.

Her next goal is to ride cross country on two wheels, not three she says, when she turns 100.

UNE FAMILLE QUI ROULE SUR LE QUART DE MILLE!

Une tradition depuis 10 ans!

C’est en août dernier, comme le veut la tradition depuis maintenant 10 ans, qu’ont eu lieu les courses de drag pour les motos Harley-Davidson à Napierville. 

Eh oui, tu peux faire la course sur le quart de mille avec une moto Harley-Davidson.  Ceci-dit, Stéphane Crête un professionnel du rehaussement de moteur Harley-Davidson et champion de drag, est le maitre d’œuvre de cette grande-messe des «bikers» assoiffés d’adrénaline.

La relève Crête

Chez les Crête, la course c’est une histoire de famille.  Ses trois garçons ont été initiés très jeunes aux courses.  Aujourd’hui, Félix a 8 ans et il est le plus jeune coureur du Québec.  Malheureusement, pour des raisons d’assurances, il ne peut pas faire de courses aux États-Unis. C’est à se demander pourquoi des jeunes de 4 ans peuvent faire des courses de motocross aux États-Unis, mais pas des courses de drag.  Félix participe à des courses avec une moto dont le moteur est un Honda. Son père lui a fait une structure spéciale pour la course et il travaille constamment sur cette moto afin que son fils puisse exceller sur la piste.

Jérémy, quant à lui, a 15 ans .  Il a deux passions, le football et la course.  Cette année, il n’a pas gagné de trophée, mais il a fait un temps de 12,89 secondes sur le quart de mille et il améliore son temps à chacune de ses sorties ou presque.  Il travaille toujours avec son père à modifier sa moto. Cette année, il a appris les rudiments du «dyno», servant à améliorer les entrées d’air de celle-ci et plus encore.

La preuve que la course peut être accessible à tous!

En terminant, si vous désirez vous essayer sur une piste, n’ayez pas peur!  Dites-vous que vous êtes votre propre adversaire, que vous trouverez des gens là-bas prêts à vous aider, à vous initier!  Si nous voulons que ce « sport » vive encore longtemps, il faut de la relève! Et pourquoi ne pas vivre cela en famille? Il n’y a pas d’âge pour aimer les moteurs, la course et pour vivre cette montée d’adrénaline extraordinaire. Après une première course, vous en voudrez encore plus! Promesse de scout!  Devenez, vous aussi, des Jérémy, des Naomie et des Félix!

Motos trop bruyantes: le sonomètre étendu à tout le Québec

Français ;
http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=70171.pdf

English ;
http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=103857.pdf

Le gouvernement du Québec se donne les moyens de contrer les motos trop bruyantes. L’utilisation du sonomètre pour mesurer le bruit émis par les scooters et les motocyclettes sera étendue à tout le Québec ce printemps.

Alors qu’auparavant, les policiers n’avaient pas le choix de se fier à leur ouïe ou au test de la broche pour vérifier si le silencieux d’une moto avait été modifié, ils pourront dorénavant avoir recours à un sonomètre, un outil considéré comme plus fiable.

L’outil est déjà testé depuis cinq ans dans le cadre d’un projet-pilote de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). Le gouvernement a publié un règlement dans laGazette officielle à la fin mars qui fait de l’utilisation du sonomètre la norme au Québec, sans toutefois le rendre obligatoire. Les différents corps policiers seront libres d’acheter ou non des appareils et de former des agents pour s’en servir, indique la SAAQ. 

Ce règlement, qui doit entrer en vigueur vers la mi-avril, est bien accueilli par la Fédération motocycliste du Québec (FMQ). «Il y a une question d’image à préserver. Ceux qui ont des silencieux trop bruyants, ça nuit à tous les motocyclistes», commente Jean-Pierre Fréchette, dg de la FMQ. 

Ces dernières années, certaines municipalités ont commencé à interdire le passage de motocyclistes dans leurs centres-ville ou sur certaines avenues passantes, afin de préserver la quiétude des citoyens. 

M. Fréchette croit que si les contrôles policiers pour le bruit ne sont pas «abusifs», les motocyclistes n’auront pas de problème à se plier à l’utilisation de cet appareil, qui demande parfois un déplacement dans un stationnement. Il considère que le test de la broche — qui consiste à entrer une tige métallique dans le pot d’échappement d’une moto pour vérifier si le système a été modifié —, «est totalement aberrant» et espère qu’il sera délaissé au profit des sonomètres. 

Comme c’était le cas auparavant, les motocyclistes devront s’assurer que le bruit de leur véhicule ne dépasse par les 100 décibels, ce qui est la norme dans l’industrie. Sinon, ils s’exposent à une amende de 200 $ à 300 $. Les motocyclistes pourront se familiariser avec le sonomètre lors des Journées de la sécurité à moto organisées par la SAAQ en juin.


Le rendez-vous des vrais Riders